Association de la presse
diplomatique

 

Accueil Membres Nouvelles 
de l'APDF
Activités 
de l'Association
Quai d'Orsay 
(Presse et cabinets)
Archives

ARCHIVES 

 

1- Les lauréats du Prix de la Presse diplomatique
2- Anciens présidents de l'association
3- Anciens responsables du service de presse
4- Les statuts de l'Association.

 

LE PRIX DE LA PRESSE DIPLOMATIQUE

Le Prix de la Presse diplomatique, créé en 1998, "est destiné à couronner la meilleure couverture de sujets de politique internationale réalisés par un journaliste titulaire de la carte de presse professionnelle".

Les lauréats

1998

1999

2000

2001

2002

2003

Lorraine
MILLOT

(Libération)

Isabelle
LASSERRE

(Le Figaro)



Catherine
MONNET

(RFI)

 

Marc
EPSTEIN

(L'Express)

Charles
ENDERLIN

(France2)

Yves
CLARISSE

(Reuters)

2004

2005

2006

2007

2008


Natalie
NOUGAYREDE

(Le Monde)

 


Laurent 
d'ERSU

( La Croix)

 


Olivier
RAVANELLO

(TF1)

 

Indalecio 
ALVAREZ



(AFP)


Bruno
RIPOCHE



(Ouest-France)

Le Prix 2008 
à Bruno Ripoche
(Photo Frédéric de La Mure)

Bruno Ripoche a reçu le Prix de la Presse diplomatique 2008 pour sa couverture des élections américaines, dans le quotidien et sur le site ouestfrance.fr.
A travers lui, l'Association de la presse diplomatique française  entend également saluer l'existence d'une rubrique internationale de qualité dans un quotidien régional. Ce prix, décerné chaque année par le comité de l'APDF, est destiné à récompenser un journaliste titulaire de la carte de presse professionnelle pour son travail sur un sujet de l'actualité internationale.
D'un montant de 2 000 euros, le prix a été remis au Quai d'Orsay par le président de l'Association, Bruno Fanucchi (Le Parisien), en présence du ministre des Affaires étrangères et européennes Bernard Kouchner.
Retraçant
à grands traits la carrière du lauréatn le président a déclaré : "Sorti diplômé de l'école supérieure de journalisme de Lille, en 1988, tu as fait tes premières classes comme localier en Vendée. Puis tu es rapidement parti à l'aventure en t'installant plusieurs années en Turquie, où tu as rencontré ton épouse Gamze. Avant de retrouver la Bretagne, puis d'intégrer il y a dix ans à Rennes le service politique de Ouest-France, cher à notre ami Joseph, mon prédécesseur à la tête de la Presse diplomatique. Attiré par le Nouveau Monde, où très jeune tu avais déjà fait un stage de plusieurs mois à Atlanta, tu es reparti plusieurs fois pour suivre les élections américaines, dont l'élection historique de Barack Obama."

....................................................................................

 

Le Prix 2007
à Indelacio Alvarez

Remise du Prix de la Presse diplomatique 2007 dans les Salons du Quai d'Orsay le 21 janvier 2008. 
Le ministre des Affaire étrangères Bernard Kouchner remet à Indelacio Alvarez la médaille gravée à son nom 
et le président Bruno Fanucchi remet  à ce dernier le chèque de 2.000 euros accompagnant le Prix. 


Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes, a remis lundi 21 janvier 2008 dans les salons du Quai d'Orsay le Prix de la Presse diplomatique décerné jeudi 29 novembre 2007, dans les salons du restaurant "Chez Françoise",à notre confrère de l'AFP  Indelacio Alvarez.

Bruno Fanucchi, le président de l'Association,  a salué le lauréat en ces termes   : "L'Argentin est un Italien qui parle espagnol, se comporte comme un Anglais et rêve d'être Français", dit un proverbe de ton pays natal. Ce rêve, tu l'as réalisé en devenant français en 2001 alors que tu étais pour l'AFP en poste à Londres, après l'avoir été à Washington, puis en épousant Pauline, une charmante Française que nous connaissons bien puisque c'est une de nos consoeurs de Challenges. Après avoir suivi les cours de l'Alliance française de Buenos Aires et passé le diplôme de journalisme de l'Université catholique argentine, c'est à Paris que tu as poursuivi tes études à Sciences-Po. Et c'est à Paris que tu as commencé dans le métier, comme reporter et photographe au Journal du Dimanche et à Paris-Match, avant de collaborer à d'autres magazines comme Le Point et Le Nouvel-Observateur, puis de rejoindre en 2003 la "cellule diplomatique" de l'AFP qui suit ce ministère au quotidien ."

Ce prix, d'un montant de 2 000 euros, "est destiné à couronner la meilleure couverture de sujets de politique internationale (articles d'éclairage ou d'analyse, enquêtes ou reportages) réalisés par un journaliste titulaire de la carte de presse professionnelle". 

Les lauréats précédents ont été Lorraine Millot de Libération (1998), Isabelle Lasserre du Figaro (1999),  Catherine Monnet de RFI (2000), Marc Epstein de l'Express (2001), Charles Enderlin de France 2 (2002),  Yves Clarisse de Reuters France (2003), Natalie Nougayrède du Monde (2004), Laurent d'Ersu de La Croix (2005), Olivier Ravanello de TF1 (2006)

....................................................................................

Le prix 2006
à Olivier Ravanello


Remise du Prix de la Presse diplomatique 2006 dans les Salon du Quai d'Orsay le 17 janvier 2007 . 
Photo de gauche : Le président Bruno Fanucchi remet à Olivier Ravanello le chèque de 2.000 euros accompagnant le Prix. 
Photo de droite : le ministre des Affaire étrangères Philippe Douste-Blazy remet la médaille gravée au nom du lauréat.
(Photos Frédéric de La Mure).

Le prix de la presse diplomatique a été décerné le mercredi 13 décembre 2006, au restaurant Chez Françoise, à Olivier Ravanello, 34 ans, correspondant de TF1 et de LCI à Moscou. Ce prix récompense des articles sur le Kirghizstan, la Biélorussie, l'Ukraine, et particulièrement une enquête sur un Centre de redressement militaire russe intitulée Les petits bourreaux.

Olivier Ravanello fait sa première pige radio à dix-sept ans, à Valence, dans sa Drôme natale, avant de poursuivre des études de Sciences politiques à Grenoble, puis à Milan, et dans une école de journalisme à Strasbourg, puis un stage d'été au Parisien, au service des Sports. En 1997, il entre à LCI, intègre le Service étranger dirigé par Vincent Hervouët. Il fait ses premières armes au Proche et au Moyen-Orient  avec plusieurs reportages au Sud-Liban, en Israël et dans les territoires palestiniens. Il couvre la Seconde Intifada, le siège de Bethléem et de Ramallah, l'élection de Sharon et l'assassinat de Cheikh Yassine.

C'est l'invasion américaine de l'Irak en mars 2003. Il réalise dans ce pays en guerre cinq semaines de reportages déjà remarqués, avant d'y retourner trois fois l'année suivante, la dernière, à l'occasion de l'enlèvement de nos confrères Christian Chesnot et Georges Malbrunot.

Ensuite, il est correspondant à Washington pour la réélection de George Bush en novembre 2004, avant d'apprendre le russe et de partir pour Moscou, comme correspondant de TF1 et LCI.

D'un montant de 2.000 euros, le prix a déjà été attribué à Lorraine Millot (Libération), Isabelle Lasserre (Le Figaro), Catherine Monnet (RFI), Marc Epstein (L'Express), Charles Enderlin (France2), Yves Clarisse (Reuters), Natalie Nougayrède (Libération), Laurent Ersu (La Croix).

....................................................................................

Le prix 2005
à Laurent d'ersu


Le lauréat Laurent d'Ersu reçoit des mains de Philippe Douste-Blazy, ministre des Affaires étrangères,
la médaille attribuée à l'occasion du Prix de la Presse diplomatique 2005. On reconnaît au second plan

 Joseph Limagne, président de l'association
(Photo Frédéric de La Mure).

 Le prix de la presse diplomatique 2005 a été décerné le 30 novembre 2005, au restaurant Chez Françoise, à Laurent d'Ersu, 31 ans, responsable de la rubrique Afrique au journal La Croix. Ce prix récompense ses articles sur le Mali et Madagascar publiés en juillet dernier dans la série Destins africains. Le Prix de la Presse diplomatique a été remis début janvier au Quai d'Orsay par  Joseph Limagne, président de l'Association, en présence du ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy.

Diplômé en 1997 du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (CUEJ) de Strasbourg, Laurent d’Ersu effectue un stage à La Croix avant de partir en coopération à Antananarivo (Madagascar). Il s'occupe notamment de la revue du service de coopération de l’ambassade de France, Capricorne. Revenu en France début 1999, il collabore pendant un an au Monde interactif, en tant qu’éditeur du supplément du même nom et responsable de l’actualité française sur le site web du Monde. De retour à La Croix en mai 2000, il traite plusieurs dossiers africains tels les crises en Côte d’Ivoire et à Madagascar. En octobre 2004, à l’âge de 30 ans, il est nommé responsable de la rubrique Afrique.

....................................................................................

Le prix 2004
à Natalie nougayrède

L
La lauréate Natalie Nougayrède, entourée de Michel Barnier, ministre des Affaires étrangères 
et de Joseph Limagne, président de l'association
(Photo Frédéric de La Mure).

Le Prix 2004 de la Presse diplomatique a été décerné jeudi 4 novembre 2004 à Natalie Nougayrède, correspondante permanente en Russie du quotidien Le Monde, pour sa couverture de la prise d'otages de Beslan, en septembre dernier, et celle du conflit tchétchène. Le prix a été remis à Natalie Nougayrède, en  janvier 2005, en présence du ministre des Affaires étrangères Michel Barnier, à l'occasion des voeux à la presse.

Après des études au Centre de formation des journalistes à Paris, Natalie Nougayrède s'est rendue en Europe de l'Est après la chute du mur de Berlin. Elle a travaillé deux ans en Tchécoslovaquie (1991-1992), couvrant pour Libération et le service français de la BBC, l'éclatement de la Fédération et les premières étapes du pouvoir de Vaclav Havel. Elle s'est installée ensuite au Caucase, début 1993, à Tbilissi, en Géorgie, au moment où l'ensemble de la région était secoué par des conflits séparatistes (Abkhazie, Ossétie, Karabakh). Son premier séjour en Tchétchénie remonte à février 1994, le jour où fut inauguré à Grozny un monument commémorant la déportation des Tchétchènes par Staline. En 1996, elle rejoint le service étranger du Monde, où pendant cinq ans elle multiplie les voyages dans les pays de l'ex-URSS (début de la deuxième guerre de Tchétchénie fin 1999), dans les Balkans (chute de Milosevic en octobre 2000) et en Europe centrale (négociations de la Pologne pour son entrée dans l'Union européenne). Parlant le russe, Natalie Nougayrède a parcouru la Russie dans tous les sens, se rendant dans les régions les plus reculées, des monts de la Kolyma à ceux du Caucase, en passant par les rives du Iénisseï.

....................................................................................

Le prix 2003
à Yves clarisse

(Photo Frédéric de La Mure)

De
gauche à droite  :  le lauréat Yves Clarisse, 
Joseph Limagne, président de l'association,  
et Dominique de Villepin, ministre des Affaires étrangères.

(Photo Frédéric de La Mure)


Le Prix 2003 de la Presse diplomatique a été décerné mercredi 5 novembre 2003 à Yves Clarisse, quarante-cinq ans, correspondant de l'agence Reuters à Bruxelles depuis une vingtaine d'années. Ce prix couronne la qualité du travail quotidien effectué par ce journaliste pour informer l'opinion mondiale sur les affaires européennes.

D'un montant de 2.500 €, le prix a été remis à Yves Clarisse, le 15 janvier 2004, en présence du ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin, à l'occasion des voeux à la presse.

....................................................................................

Le prix 2002
à charles enderlin

Remise du Prix de la Presse diplomatique, le 14 janvier 2003, 
dans les salons du Quai d'Orsay. 

 

 

 

De gauche à droite  :  le lauréat Charles Enderlin, Joseph Limagne, président de l'association, Renaud Muselier, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Noëlle Lenoir, ministre des Affaires européennes et Dominique de Villepin, ministre des Affaires étrangères.(Photo Frédéric de La Mure)

 

ANCIENS PRÉSIDENTS DE L'ASSOCIATION

René de VALFORI (1929-40), fondateur

Paul KAHN (1945-47), Roger MASSIP (1948-51), Jean SCHWOEBEL (1952-53), Claude VEILLET-LAVALLEE (1954-55), Jean ALLARY (1956-57), Robert de SAINT-JEAN (1958-61), Maurice DELARUE (1962-63), Raymond HUBERT (1964-65), Georges LEROY (1966-67), Edwin FORTE (1968-69), Jacques M.-J. OGLIASTRO (1970-71), Louise de BEA (1972-73), Jacques CLERGIER (1974), André MAZIERES (1974-1975), Edouard SABLIER (1976-79), Danielle EYQUEM-BOETSCH (1980-81), Georges BROUSSINE (1982-85), Georges BORTOLI (1986-89), Jacques CHAPUS (1990-93), Dominique BROMBERGER (1994-1997), Pierre BEYLAU (1998-2001), Joseph LIMAGNE (2002-2005)

 

ANCIENS RESPONSABLES DU SERVICE DE PRESSE 

Raymond OFFROY (1944-48), Du BOSCQ de BEAUMONT (1949-50), Pierre de LEUSSE (1950-53), Jacques BAEYENS (1953-54), Léon BRASSEUR (1954-55), Pierre BARADUC (1955-62), Claude LEBEL (1962-66), Roger VAURS (1966-69), Jean BELIARD (1969-73), Raoul DELAYE (1973-75), Louis DELAMARE (1975-79), Jean-Pierre CABOUAT (1979-81), Alain DEJAMMET (1981-86), Jean GUEGUINOU (1986-90), Daniel BERNARD (1990-93), Richard DUQUE (1993-95), Jacques RUMMELHARDT (1995-98), Anne GAZEAU-SECRET (1998-2000), François RIVASSEAU (2000-03), Hervé LADSOUS (2003-2005)

 

 

LES STATUTS DE L'ASSOCIATION

Article I - Composition
L'association se compose de journalistes professionnels de nationalité française. Elle accepte, sur décision du comité, les journalistes professionnels des autres pays membres de l'Union européenne, détachés par leur organe de presse en France. La durée de l'association est illimitée.

Article II - Objet
L'association a pour objet de favoriser l'accès de ses membres à toute information et d'entreprendre toutes les actions utiles à la défense des intérêts et des droits personnels et professionnels de ses membres actifs et honoraires.
L'association est revêtue de la responsabilité civile prévue par la loi pour faire libre emploi de ses ressources, acquérir à titre onéreux et posséder dans la limite de la loi, ester en justice et faire tous actes juridiques nécessaires pour atteindre ses fins, étant représentée par son président.

Article III - Siège
Le siège de l'association est fixé au ministère des Affaires étrangères, 37, quai d'Orsay, 75007 Paris. Il peut être déplacé sur simple décision du comité.

Article IV - Adhérents
Les adhérents de l'Association se divisent en trois catégories : membres honoraires, membres actifs de nationalité française et membres actifs non français mais citoyens de l'Union européenne.

Article V - Membres honoraires
Les membres honoraires comprennent les journalistes retraités, les bienfaiteurs (personnes physiques ou morales versant à l'association un don annuel afin de lui témoigner leur intérêt) et les personnalités auxquelles l'association par le truchement de son comité, désire accorder un témoignage de reconnaissance. Les membres honoraires ne participent pas au vote lors des assemblées générales et ne sont pas éligibles au comité.
La cotisation des personnes physiques, membres honoraires, bénéficie d'un taux réduit fixé par le comité.

Article VI - Membres actifs
Les membres actifs de nationalité française ou européenne doivent être en possession de la carte professionnelle de journaliste ou d'une reconnaissance professionnelle équivalente, exercer régulièrement une activité journalistique en politique étrangère au sein d’un organe de presse français ou de l'Union européenne comportant une rubrique de politique étrangère et être accrédité, par cet organe de presse, auprès du ministère des Affaires étrangères.
Les membres qui, temporairement, n’exercent plus la profession, conservent leur droit d’entrée.
Les membres actifs non-français ressortissants de l'Union européenne sont électeurs mais non éligibles au comité.

Article VII - Recettes, cotisation annuelle et droit d'entrée
Les recettes de l'association sont les cotisations des membres et organes de presse ainsi que toutes ressources autorisées par la loi.
La cotisation est fixée pour un an. Le montant de la cotisation et du droit d'entrée est décidé par l'assemblée générale.
Le paiement non effectué pendant deux ans provoquera la radiation automatique.
Un compte en banque est ouvert au nom de l'association.

Article VIII - Conditions d'entrée
Pour être admis à présenter sa candidature comme membre de l'association, il faut remplir les conditions définies à l'article VI.
Tout journaliste remplissant ces conditions et désirant faire partie de l'association doit adresser une demande écrite au président. Celle-ci devra être accompagnée d'un curriculum vitae et des lettres de deux parrains, déjà membres actifs de l'association.
Ces parrains ne pourront, en aucun cas, être choisis parmi les membres du comité. Il appartient au comité de se prononcer sur l'admission des candidats sans qu'il ait à motiver sa décision. Sa décision est sans appel.
Les membres du comité s’engagent à ce sujet à conserver le secret absolu des délibérations.

Article IX - Candidatures
Le comité informera tous les membres actifs de l'association des candidatures françaises et européennes dont il aura été saisi et affichera ces dernières pendant quinze jours dans la salle de Presse du ministère ou en tout autre lieu qu'il désignera.
Les membres actifs français auront la faculté de présenter leurs observations pendant la durée de l'affichage, par lettre adressée au président.
Les membres européens non français ne devront pas excéder un cinquième de l'ensemble des membres actifs.
Le cas échéant le comité examinera le bien-fondé de ces observations : l'admission définitive sera soumise à la ratification de l'Assemblée générale annuelle.

Article X - Présidence d'Honneur
Le ministre des Affaires étrangères en exercice est de droit, président d'Honneur de l'association.

Article XI - Mode de scrutin
Les votes ont lieu à bulletin secret. Les absents pourront se faire représenter par procuration écrite confiée à un membre actif. Chaque électeur ne pourra, outre son propre bulletin de vote, disposer de plus de quatre pouvoirs. Pour être candidat au comité, les membres de nationalité française devront, comme tels, faire partie de l'association depuis un an au moins.

Article XII - Réunion de l'Assemblée
L'association se réunit, une fois par an en Assemblée générale. Seuls participent au vote les membres actifs. Ils élisent les membres du comité et son président pour deux ans.
L'Assemblée générale se tiendra, sauf cas exceptionnel, chaque année dans le courant du mois de janvier ou février.
La date de convocation de l'Assemblée générale fixée par le comité, doit être communiquée aux membres de l'association quinze jours au moins avant la réunion de ladite Assemblée.
L'Assemblée générale, pour délibérer valable-ment, devra être composée au moins du quart des membres actifs présents ou représentés.
Au cas où ce quorum ne serait pas atteint, le comité convoquera l'assemblée dans un délai de quinze jours et les décisions seront cette fois prises valablement quel que soit le nombre des membres actifs présents ou représentés.

Article XIII - Assemblée extraordinaire
L'assemblée générale extraordinaire, convoquée selon les mêmes formes que l'assemblée générale ordinaire, ne pourra être tenue que si les deux tiers des membres actifs sont présents ou représentés par des pouvoirs réguliers remis à un autre membre.
Si ce quorum n'est pas atteint, une nouvelle assemblée générale extraordinaire sera convoquée dans un délai d'un mois. Sa validité sera reconnue quel que soit le nombre de présents et représentés.
Les résolutions de l'assemblée générale extraordinaire sont prises à la majorité absolue au premier tour, à la majorité relative au second tour.
Aucun membre présent ne peut utiliser plus de quatre pouvoirs, à l'exception du président. Le vote par correspondance est admis.

Article XIV- Élection du comité
Le comité de l'association se compose de quinze membres de nationalité française, élus par l'assemblée générale à bulletin secret. Ce comité sera renouvelé tous les deux ans.
Les candidats au comité devront en informer par lettre le président. La liste des candidatures sera close huit jours avant la réunion de l'assemblée générale et communiquée à tous les membres actifs par lettre comportant également l'ordre du jour de l'Assemblée générale.
De plus, la liste des candidatures au comité sera dans les mêmes délais affichée dans la salle de Presse, au ministère ou dans tout autre lieu désigné par le comité.
Le comité se réunira une fois par trimestre, sur convocation du président. Après chaque réunion, un procès-verbal de la réunion sera rédigé.

Article XV - Élection du président
Le président est élu par l'assemblée générale, parmi les membres du comité et pour un mandat de deux ans. Le président de l'association ne pourra exercer plus de deux mandats consécutifs.
Le président et, en cas d'empêchement et par délégation, le secrétaire général sont habilités à effectuer tous actes utiles à la gestion financière de l'association, sous leur signature ou celle de ceux à qui ils en feront délégation, en particulier ouvrir tous comptes bancaires ou postaux, faire tous virements, donner reçus ou quittances, ce au nom de l'association.

Article XVI - Élection du bureau
Le comité choisira en son sein les membres du bureau composé, outre le président, de deux vice-présidents, d'un secrétaire général, d'un secrétaire général adjoint, d'un trésorier et d'un trésorier adjoint.
C'est le comité de l'association qui désignera, dans le courant de l'exercice, le successeur d'un membre du bureau empêché d'occuper la fonction dont il aurait été chargé.

Article XVII - Délégations de pouvoirs
La signature sera donnée au président, au secrétaire général et aux trésoriers. Deux signatures de membres du bureau seront exigibles pour tout paiement.

Article XVIII - Suspension ou exclusion
Le comité peut suspendre tout membre jugé coupable d'une incorrection professionnelle ou d'une faute contre l'honneur. La suspension ne peut intervenir avant que l'intéressé ait été entendu par le comité. Le comité doit présenter le cas à la prochaine assemblée générale qui est la seule habilitée à se prononcer sur une radiation.

Article XIX - Réforme des statuts
Les statuts de l'association de la Presse diplomatique ne pourront être modifiés que par un vote d'une assemblée générale ordinaire ou extraordinaire, mais statuant à la majorité des deux tiers des membres présents ou représentés.

Article XX - Contestations
Toute contestation relative à l'association est de la compétence exclusive des tribunaux du département.

 
 
 
 
Accueil Membres Nouvelles 
de l'APDF
Activités 
de l'Association
Quai d'Orsay 
(Presse et cabinets)
Archives